Logo de France Nature Environnement Loire La plateforme zéro pesticide de FNE Loire

retour en haut de page
 

Charte « zéro pesticide » et lutte alternative

Fiche alternative « Pyrale du buis »

Une démarche zéro pesticide implique de s’interroger sur la gestion des organismes indésirables : sont-ils vraiment gênants, quel est le seuil de nuisance, quels moyens sont les plus adaptés pour lutter efficacement et écologiquement contre leur présence ? Il n’est pas toujours évident de s’y retrouver parmi les différentes techniques existantes, et même les produits proposés comme « utilisables en agriculture biologique » ne sont pas dénués de risques pour la santé et l’environnement, et ne sont pas autorisés dans le cadre de la charte « objectif zéro pesticide ».

Ainsi, nous vous proposons de faire un point sur trois espèces qui posent souvent problème dans la gestion des espaces communaux :

Ces trois fiches pratiques présentent les méthodes de lutte alternative les plus adaptées dans le cadre d’une lutte «zéro pesticide » et compatibles avec la charte, avec, pour chaque espèce : sa biologie, les nuisances occasionnées, les solutions préventives et curatives, ainsi que le calendrier conseillé pour les mettre en œuvre.

Retrouvez nos fiches sur la page Lutte alternative

 

La charte « zéro pesticide », de bons résultats à poursuivre

Le début d’année 2018 a été l’occasion de faire le point sur les actions accomplies en 6 ans, depuis la mise en place de la charte « objectif zéro pesticide dans nos villes et villages » en 2012. Voici notre bilan sur les quatre départements animés par la FRAPNA : Ain, Ardèche, Haute-Savoie et Loire.

Fin 2012, 20 communes avaient accepté de signer cette charte, et ainsi de s’engager à réduire leur utilisation de pesticides pour l’entretien des espaces publics. Fin 2017, nous comptions 338 communes signataires, ce qui traduit une vraie volonté de leur part de faire évoluer leurs pratiques et protéger santé et environnement. La part de population vivant dans une commune engagée dans la charte est d’environ 30 % dans l’Ain, 20 % en Ardèche, 40 % en Haute-Savoie, et 60 % dans la Loire.

evolution du nombre de communes engagées

Sur les 8 départements du territoire rhônalin, ce sont 528 collectivités qui étaient engagées dans la charte fin 2017.

Nous constatons une nette progression des communes dans les différents niveaux de la charte, suite à l’accompagnement proposé par la FRAPNA, à la fois sur le plan technique (formation de 900 participants en 6 ans lors de réunions techniques) et sur le plan de la communication (8000 brochures éditées et distribuées, plus de 40 000 visiteurs sur notre site internet dédié au zéro pesticide, sans compter les panneaux, mallettes pédagogiques…). À titre d’exemple, 6 % des communes étaient en zéro pesticide à leur entrée dans la charte. Après quelques années, elles sont maintenant 16 % à avoir atteint cet objectif, soit 52 communes. Accentuons encore cette progression dans les années à venir.

2018 : labellisation et évolution de la charte « Objectif zéro pesticide »

label Commune sans pesticideDébut 2018, il a été décidé par les financeurs la mise en place d’une labellisation officielle « zéro pesticide » pour recenser et mieux valoriser les efforts entrepris par les collectivités pour atteindre cet objectif.

Il s’agit d’un label régional accessible à toutes les communes d’Auvergne-Rhône-Alpes, qu’elles soient ou non engagées dans la charte, à condition qu’elles entretiennent l’intégralité de leurs espaces publics sans pesticide depuis au moins une année. L’attribution du label fera l’objet d’un événement de labellisation officielle départemental.

Plus d’informations sur les critères de labellisation et la procédure à suivre

En complément de cette évolution, et puisque la labellisation remplace l’attribution du niveau 3 de la charte, le système de niveaux a été remanié. La démarche vers le zéro pesticide reste progressive avec différentes étapes et actions à mettre en place, mais il n’y a plus de niveaux 1, 2 et 3 à proprement parler. Par conséquent, le cahier des charges de la charte a été quelque peu modifié.
Plus de renseignements sur le cahier des charges de la charte

Workshop « Vivre sans pesticides »

avion pulvérisant des pesticidesVous êtes en overdose de pesticides ?

 

 

 

Inscrivez-vous dès maintenant à notre workshop !

Samedi 17 mars 2018
10 h-16 h
Maison de l’environnement
14 avenue Tony Garnier
69007 Lyon

Déjeuner inclus

Le résultat de notre sondage « Quelle alimentation souhaitez-vous pour demain ? » est sans appel. Vous êtes désormais des citoyens concernés et impliqués.
98 % d’entre vous êtes prêts à changer vos habitudes pour une juste rémunération des agriculteurs.
Vous voulez massivement des produits sains, de qualité, préservant l’environnement et le bien-être animal.

Et si ensemble, on allait plus loin ?

Je m’inscris

 

Projection-débat à Bourg-Argental

affiche du film " 0 phyto- 100 % bio"Les cantines biologiques se développent presque aussi rapidement que l’arrêt des pesticides dans les communes françaises. Des femmes et des hommes, conscients de leurs responsabilités en termes de santé publique et d’environnement, agissent pour des paysages en transition au travers d’initiatives vertueuses !

Jeudi 7 décembre à 20 h 30, le CPIE des Monts du Pilat organise avec le Cinéma Le Foyer de Bourg-Argental, la projection du documentaire « Zéro phyto 100 % bio » du réalisateur Guillaume Bodin. Une enquête passionnante sur plusieurs communes françaises qui n’ont pas attendu l’entrée en vigueur le 1er janvier 2017 de la loi Labbé interdisant l’utilisation de pesticides dans les espaces publics pour changer leurs pratiques. Ce film met aussi en avant les pionniers de la restauration collective biologique et leurs partenaires : associations, entreprises, agriculteurs, ingénieurs, artisans qui ensemble contribuent à l’amélioration de la qualité des repas dans les collectivités.

La projection du film sera suivie d’un débat avec la présence de Bruno Lemallier, vice-président de la FRAPNA Loire et M. Largeron, élu de la commune d’Annonay. La soirée se terminera par un verre de l’amitié !

RDV : Cinéma Le Foyer à Bourg-Argental (Prix d’une séance de cinéma).

Plus d’informations : CPIE des Monts du Pilat – 04 77 40 01 40 – contact[at]cpie-pilat.fr (remplacer [at] par @)

Les modalités d’entrée dans la charte Zéro pesticide évoluent

Panneau "Espace sans pesticide"En conséquence de l’entrée en vigueur de la loi Labbé depuis le 1er janvier 2017, les communes ne peuvent plus utiliser de pesticides pour l’entretien des espaces verts et des voiries (sauf exceptions). Face à cette évolution réglementaire, les financeurs, considérant important l’accompagnement technique des collectivités pour arriver à l’objectif de ne plus utiliser de pesticides, ont décidé de faire évoluer les modalités d’adhésion à la Charte.
 

L’adhésion à la Charte prévoit dorénavant une participation financière des communes s’engageant après le 1er janvier 2017. Le montant est fixé à 840 € par commune, déduction faite des aides financières des partenaires. Il comprend l’accompagnement suivant :

 

Si vous êtes sur un territoire où il existe un porteur territorial de la charte, rapprochez-vous de la structure animatrice de la charte qui vous précisera les modalités d’adhésion.
 

 

logo-agence-eau-loire-bretagne         logo-agence-eau-rhone-mediterranee-corse         Logo de la préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Guide de 200 plantes pour les abeilles

LISTE DE PLANTES ATTRACTIVES POUR LES ABEILLES Plantes nectarifères et pollinifères à semer et à planter

Cliquez sur l’image pour télécharger le guide

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation vient de concevoir une liste de 200 plantes nectarifères et pollinifères à semer et à planter, attractives pour les abeilles.

Cette liste a été réalisée par un groupe de travail constitué autour de FranceAgriMer (établissement national des produits de l’agriculture et de la mer), avec le concours d’organismes techniques tels que l’interprofession du végétal (Val’Hor), l’institut technique de l’horticulture (Astredhor), la Société nationale d’horticulture de France (SNHF), l’Institut de l’abeille (ITSAP) ou encore l’Institut national de la recherche agronomique (INRA).

Auchan Villars signe la charte « Cultivons le naturel »

Auchan + FRAPNA = une alliance pour préserver la santé publique !

Logo Cultivons le naturelDans la continuité de sa politique volontariste en matière de développement durable, le magasin Auchan de Villars a souhaité s’engager dans la démarche proposée par la FRAPNA Loire. En effet, Auchan met en œuvre de nombreuses actions visant à réduire ses consommations d’énergie et d’eau (gestion technique du bâtiment, éclairage par LED, fermeture des meubles de froid, sanitaires économes en eau…), à trier et valoriser ses déchets (déchets alimentaires méthanisés, fruits et légumes abîmés valorisés dans la plate-forme de compostage du CFPPA de Montravel), à donner ses invendus à des associations gestionnaires de banques alimentaires, à sensibiliser ses clients sur l’environnement en organisant chaque année, et ce depuis 13 ans, un salon du développement durable au sein de la galerie marchande, etc.

Découvrez la charte « Cultivons de naturel »

Auchan Villars signe la charte "Cultivons el naturel"

Florence Vuillermoz, responsable commerce Maison loisirs et HBB, représentant Caroline Mignot, directrice, entourée de son équipe, signe la charte « Cultivons le naturel » le 13 juin 2017.



Victorien Duchet de RCF, interviewe Florence Vuillermoz :

Auchan Villars signe la charte "Cultivons le naturel"

Victorien Duchet de RCF, interviewe Florence Vuillermoz.


 

Surveillance de la santé humaine, animale et végétale

pesticides et santéAfin de mieux surveiller l’impact des produits phytopharmaceutiques sur la santé des êtres vivants, l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité sanitaire, de l’alimentation et du travail) a mis en place un dispositif permettant aux utilisateurs de ces produits de signaler les effets indésirables de ces derniers sur la santé humaine, animale et végétale.

Voici deux liens pour signaler un effet indésirable :

Sur la santé humaine

Sur les aliments, les milieux, les animaux, les végétaux…

Ce dispositif de pharmacovigilance a été confié à l’ANSES, car celle-ci est responsable, depuis le 1er juillet 2015, de la délivrance des Autorisations de mise sur le marché (AMM) des produits phytopharmaceutiques. Les informations de terrain qu’elle recueille ainsi devraient servir à recueillir le plus tôt possible les signaux relatifs aux effets indésirables et, espérons-le, prendre les mesures nécessaires.